Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2015

Résumé du débat sur la fin de vie du 21 janvier 2015

2854113450.jpg

Voici le résumé en 5 minutes (vidéo + Texte) du débat de 2 heures, sur le droit de mourir dans la dignité, qui a eu lieu à l'Assemblée Nationale le vendredi 21 janvier 2015.

 

VIDÉO


Le débat sur la fin de vie résumé en 5 minutes par LCP

 

VERBATIM

Manuel VALLS, Premier Ministre
267622.jpg"Face à ces douleurs, les patients revendiquent aujourd’hui un choix, complexe, mais un choix. Celui de dire c’est est assez. Celui de pouvoir rester maîtres jusqu’à la fin de leur existence. Celui de pouvoir faire respecter leurs volontés, leurs dernières volontés. Les patients demandent en quelque sorte un droit à la dignité. »
« Nous sommes aujourd’hui face à l’une de ces questions qui disent finalement beaucoup de ce que nous sommes, de nos valeurs. Un citoyen est un individu, libre au début, au milieu et à la fin de sa vie. Soutenir le droit de mourir dans la dignité, c’est asseoir pleinement nos droits fondamentaux, c’est apporter aussi une part d’humanité supplémentaire à notre société. »
« Cet ensemble de réflexions et de propositions nous permet de mieux mesurer les différentes attentes exprimées. Elles portent d’abord sur le respect absolu des directives anticipées, permettant au personnel soignant de respecter et d’appliquer les consignes de leur patient, sans autres considérations que les attentes de ce dernier. Les attentes portent également sur le droit à la sédation profonde jusqu’au décès, avec l’arrêt de tous les traitements de maintien en vie, pour pas prolonger artificiellement la vie d’un patient, qui ne le souhaiterait pas, face à une maladie incurable.
C’est la volonté du gouvernement, un droit nouveau oui, celui de mourir dans la dignité. »

Jean LÉONETTI, député UMP, Alpes-Maritimes
1946.jpg« Alain CLAEYS et moi-même avons été chargé par vous, monsieur le premier ministre, d’une mission. Et nous avons donc fait des propositions à Monsieur le Président de la République, en décembre dernier, qui les a fait siennes. Elles concernent les directives anticipées, qui doivent devenir contraignantes, pour respecter la parole du malade, et en phase terminale un droit à la sédation profonde jusqu’au décès, autrement dit le droit, qui parait bien légitime, de dormir avant de mourir, pour ne pas souffrir. Nous avons acquis la conviction que ces propositions, au-delà de nos convictions personnelles, permettaient de répondre aux demandes de nos concitoyens, cette étape significative et majeure s’inscrit dans la continuité des lois précédentes, et au devoir des médecins répondra désormais le droit des malades. »

Mail Assemblée Nationale de Jean Léonetti : jleonetti@assemblee-nationale.fr

Formulaire de contact sur le site de Jean-Léonetti


Michel PIRON, député UDI, Maine et Loire
267469.jpg« En légalisant le suicide assisté, il me semble, que l’on consentirait à la société, fut-elle représentée par un médecin, un droit sur l’existence même de chacun, qui outrepasse largement le respect tant souhaité par tous de chaque personne. C’est aussi pour cela, Madame la rapporteur, mes chers collègues, que nous ne vous suivrons pas sur ce texte, et que nous n’irons pas au-delà des dernières préconisations du rapport Claeys/Léonetti. »

Mail Assemblée Nationale de Michel PIRON : mpiron@assemblee-nationale.fr

Mail en circonscription : michelpirondepute@wanadoo.fr

Pour plus d'infos consultez son site

François de RUGY, député EELV, Loire Atlantique
332747.jpg«  Les propositions, formulées par nos collègues, CLAEYS et LÉONETTI, et retenues par le Président de la République, permettent incontestablement d’améliorer la situation actuelle et de répondre à des demandes aujourd’hui sans réponses. Suffisent-elles? Nous ne le pensons pas.
Pouvons nous sérieusement aborder cette question de la fin de vie, sans aborder, celle de l’euthanasie et de l’aide active à mourir?"

Mail Assemblée Nationale de François de Rugy : fderugy@assemblee-nationale.fr

Formulaire de contact et modalités de prise de RDV sur son site

Olivier FALORNI, député PS, Charente Maritime
605694.jpg« Non le courage ne semble pas au RDV de l’attente de nos concitoyens. Depuis 2 ans et demi nous avons été baladés, trimballés, bringuebalés de rapports en missions, de jury citoyen en avis d’experts, et à nous parlementaires et législateurs, on nous concède 2 heures de débat aujourd’hui sur un sujet de cette importance, c’est totalement insuffisant pour ne pas dire consternant. »
« Personne, personne, pas même un médecin, ne doit pouvoir nous confisquer le droit de choisir nous-mêmes les conditions de notre propre mort. Car, mes chers collègues, si la vie nous est donnée, la mort elle, ne peut pas nous être volée. »

Mail à l'Assemblée Nationale d'Olivier Falorni: ofalorni@assemblee-nationale.fr

Adresse de la permanence et modalités de contact sur son site

Marion MARÉCHAL-LE PEN, députée non-inscrite, Vaucluse
609709.jpg« La loi Léonetti, de 2005, bien qu’imparfaite, répond à la plupart des cas aujourd’hui. Ce rapport et la loi qui l’accompagne sont une légalisation de l’euthanasie qui ne dit pas son nom. Je ne peux défendre les préconisations de ce rapport et les dispositions de la loi à venir, qui ne seront bien sûr, qu’une première étape, vers d’inquiétantes dérives dont le suicide assisté. »

Mail à l'Assemblée Nationale de Marion Maréchal-Le Pen : mmarechallepen@assemblee-nationale.fr

Formulaire de contact sur son site

 

QUE COMPRENDRE?

La position de Manuel Valls est alignée sur celle du Président de la République, des termes sans risques et ambigus, pour dire Nous entendons votre souffrance, nous souhaitons y répondre, mais nous ne vous disons pas comment nous allons faire ni ce que nous allons faire !

Jean Léonetti défend sa loi! "Dans la continuités des lois précédentes"! Entendre, ce texte est simplement une retouche cosmétique à la loi que j'ai déjà étudié et mis en place, préparé en 2004, votée en 2005, évalué en 2008, déposé en texte de loi en 2013, réétudié en mission parlementaire en 2014, et je vous la re-présente en 2015. Vous êtes contents?

1250329832.jpg

dessin de nawak pour l'ADMD

 

Michel Piron s'exprime au non du groupe UDI, sur la proposition de loi faite par Véronique Massonneau (EELV), en la rejetant. Mais rappelons qu'au sein de l'UDI il y a différentes sensibilités qui n'ont pas toutes la même opinion.

D'ailleurs lors d'un appel, lancé durant les élections internes à l'UDI, Yves Jégo avait annoncé une commission interne pour définir une position commune (qui n'a toujours pas été mise en place), et que Jean-Christophe Lagarde avait dit être pour le droit de mourir dans la dignité mais qu'il ne voyait pas comment écrire la loi !!!

La position de Michel Piron, particulièrement hostile à une évolution de la loi, n'est notamment pas partagée par une grande partie de la base de l'UDI (les militants) et notamment les jeunes UDI! Est-ce véritablement cela la représentation des parlementaires?

(Rappelons d'ailleurs qu'au Sénat Muguette DINI, UDI, a défendu le droit de mourir dans la dignité!)

 

François de Rugy bien entendu n'est pas opposé au renforcement des directives anticipées, et ne souhaite pas braquer ses "collègues", mais il rappelle le texte de loi déposé par les EELV et qui devrait être défendu après-demain (29 janvier 2015), pour le suicide assisté et l'euthanasie.

Olivier Fallorni, député PS, s'exprime clairement et n'a pas peur d'exposer ce que je dénonce depuis des mois... une masquarade! On nous trimballe d'un côté, puis de l'autre! Et cela ne dure pas que depuis 2 ans et demi! Mais depuis bien plus longtemps et notamment depuis 2004 ! Retrouvez toute l'histoire de ce débat volontairement étouffé dans mon livre.

 

Enfin Marion Maréchal Le Pen, sans étiquette, car pas de groupe parlementaire constitué, mais qui exprime l'opinion du FN, aurait du potasser un peu plus son dossier! Il semblerait que les préconisations du rapport Léonetti Claeys enclenchent un véritable changement de situation et pourrait amener une dérive vers... ce que les citoyens réclament!

Pas de crainte Madame Maréchal Le Pen, ces préconisations n'apportent rien de nouveau!

- directives anticipées - existent depuis 2002 et ne sont toujours pas respectées

- sédation profonde - autre terme pour la sédation finale qui existe depuis 2005 et est toujours mal employée, et pas forcément à la demande du médecin!

 

En bref, 2 heures de débat! Un temps très court, mais très long lorsqu'on se rend compte que c'est du temps perdu !

Et un petit PS personnel, Merci à Olivier Falorni pour son franc parlé, et aux députés EELV de présenter un vrai texte de loi pour le droit de mourir dans la dignité.

_________________

Pour aller plus loin :

- Retrouvez l'ensemble du débat en vidéo

- Interpellez vos députés

- Réveillons les sénateurs

- Le texte de loi EELV

- Rapport Claeys / Léonetti

_________________

Pour partager cet article

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités, Vers une loi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

17/10/2013

De la constance en politique... (petite histoire de la proposition 1960)

... constance ! C'est qui celle là? 

valls,manuel,député,assistance,mourir,euthanasie,ps,socialiste,ayrault,groupe,parlement,assemblée,nationale,touraine,delaunay,ministre,comité,éthique,ccne,parlementaires,chambres,textes,texte,projet,proposition,loi,vote

 

En attendant que le CCNE ne me réponde (je crois bien que j'attends la cantatrice chauve)... je vais vous conter la petite histoire de la proposition de loi, déposée par le groupe socialiste à l'Assemblée Nationale en 2009 !

 

 

Chapitre 1  - Le vote du 24 novembre 2009 à l'Assemblée Nationale

valls, manuel, député, assistance, mourir, euthanasie, PS, socialiste, ayrault, groupe, parlement, assemblée, nationale, touraine, delaunayTout commence l'Hiver 2009, avec la proposition de loi N°1960, relative au droit de mourir dans la dignité (Un nom bien pompeux pour un personnage principal de conte, je vous l'accorde) ! Le projet est déposé le 7 octobre 2009. En tête de liste figure le nom de Jean-Marc Ayrault, suivi de Manuel Valls, Laurent Fabius, etc... avec bien entendu Marisol Touraine (et pléthore de personnages socialistes, aujourd'hui ministres).

Envoyé à la commission des affaires sociales, quelques amendements sont déposés, la plupart ne sont pas soutenus et les quelques uns qui persistent sont assez mineurs (un rappel du texte précédent, des formulations et raccourcissement du délai de réflexion de 8 à 5 jours).

Le ministre (député à l'époque) Manuel Valls est nommé rapporteur, le texte est ensuite discuté par 3 fois le jeudi 19 novembre, puis le 24 novembre 2009, des discussions suivi d'un vote, le scrutin n° 0455.

Ce texte est rejeté, avec 202 pour et 326 contre.

 

Note de lecture : Abstention de Mme Michèle Delaunay!

Lecture relative - Retrouvez le vote de vos députés, sur le post précédent : Interpellez vos députés

 

Chapitre 2 - De la proposition... au projet !

On peut se dire, on prend les même et on recommence? Réponse de normand : Oui et Non !

Effectivement il s'agit bien des mêmes personnages, mais l'histoire nous apprend que la grenouille est devenue aussi grosse que le bœuf (heureusement sa fin n'est pas toujours aussi tragique que voulait nous le faire croire La Fontaine), les anciens députés sont aujourd'hui ministres. Ils ne déposent plus des propositions de loi mais des projets ! Mais surtout la tendance des 2 chambres parlementaires a changé et leur est favorable! Le gouvernement socialiste détient également la majorité à l'Assemblée Nationale et au Sénat (du jamais vu d'ailleurs !).

Mais alors pourquoi est-ce qu'une loi, pour laquelle 86 à 94% des Français sont favorables, 60% des médecins, les parlementaires également, les ministres aussi visiblement et annoncée par le Président sous la forme de sa proposition de campagne 21, prend autant de temps?

Et oui, ce n'est pas le livre dont vous êtes le Héros (Ayrault serait trop facile!), mais plutôt une fable politique, et dans ce genre littéraire mieux vaut garder les yeux ouverts!

 

Chapitre 3 - Rien ne sert de courir, il faut partir à point!

Facile à dire quand on peut encore courir et qu'on a le choix de prendre son temps !

Alors oui il faut un texte de loi réfléchi, pesé, cohérent... mais celui de 2009 ne l'était-il pas?

Faut-il laisser tant de poids au CCNE? Des questions, toujours des questions!

Le gouvernement est frileux (après les manifs pour tous et les veilleurs, peut-être!), l'hiver approchevalls, manuel, député, assistance, mourir, euthanasie, PS, socialiste, ayrault, groupe, parlement, assemblée, nationale, touraine, delaunay et ce serait regrettable de laisser la population descendre dans les rues sans une petite laine, alors on garde le sujet bien au chaud, en demandant au CCNE d'organiser des États-Généraux de la fin de vie! Prenons juste garde que le projet ne s'endorme pas au coin du feu et que le moment venu, quand enfin il aura éclos... nous soyons là pour rappeler au gouvernement ses promesses. Ses promesses pour nos libertés !

C'est aussi le sens du 2 novembre, la journée mondiale pour le Droit de Mourir dans la Dignité! Montrer que nos libertés ne servent pas un coup médiatique par çi par là, mais qu'elles doivent être défendues et protégées par des lois.

 

Chapitre 4 - La constance en politique...

... c'est aller au bout de ses opinions! De son projet de campagne ! Des textes déposés dans l'hémicycle! D'avoir le courage de mener une politique et de faire des choix! (Sans renvoyer la balle à des organismes consultatifs!)

Des morales il y en a beaucoup, mais ne nous laissons pas conter une fable politique sans conclusion!

Nous aussi nous avons le courage de nos opinions, et nous souhaitons qu'enfin cette loi voit le jour!

C'est pourquoi je vous invite à nouveau à rappeler aux parlementaires votre position, car ce sont eux qui voteront la loi, qu'elle soit à l'initiative du gouvernement ou des députés et sénateurs :

- Interpellez vos députés

- Interpellez vos sénateurs

 

Chapitre final en cours d'écriture...

L'histoire a commencé dans un lointain passé (2009), elle a traversé des hivers, dont un très rude, l'hiver 2013... la morale de cette histoire reste à écrire, souhaitons qu'en 2014 nous puissions clôturer le récit par "ils gagnèrent leur liberté, moururent sereins, laissant des enfants (ou des proches) tristes mais apaisés" !

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités, Informations, Vers une loi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |