Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2014

Léonetti encore, encore, encore... et toujours !

Jean Léonetti, Alain Claeys, fin de vie,Droit de mourir dans la dignité,dignité,mort,mourir,suicide assisté,suicide médicalement assisté,vincent lambert,vincent humbert,chantal sebire,jean-luc romero-manuel valls,ccne,comité d'éthique,bonnemaison,sicard,jury citoyen,nawak,conseil d'état,mission de réflexion,légiférer,euthanasie,kouchner,1960, groupe socialiste,

 

Manuel Valls (PS), premier ministre, a nommé Jean Léonetti (Député UMP) et Alain Claeys (Député PS) pour une énième mission de réflexion sur la fin de vie.

 

 

 

Pourquoi une nouvelle mission de réflexion sur la fin de vie?

J'ai envie de répondre, par manque de courage! Il se trouve que l'affaire Vincent Lambert, relance le débat sur la loi Léonetti (22 avril 2005) et sur l'euthanasie. La loi actuelle (loi Léonetti) a clairement montré ses limites et ses failles.

L'actualité brulante : le procès Bonnemaison et l'affaire Vincent Lambert

La France voit en ce moment se dérouler le procès du Dr. Bonnemaison, accusé d'avoir pratiqué des actes euthanasiques, sans le consentement de ses patients (mais sans qu'aucune plainte de famille n'ait été déposée) et l'affaire Vincent Lambert qui bouscule l'opinion publique.

Cette "affaire" qui émeut les français est celle d'un jeune homme coincé dans un coma, un état irréversible, sans possibilité d'évolution, dont la femme et le frère souhaitent faire appliquer la volonté : laisser partir. Un droit prévu par la loi Léonetti, cependant les termes de cette loi, et la famille (notamment la mère) ultra catholiques refusent de laisser partir le jeune homme, maintenu artificiellement en vie.

Jean Léonetti, Alain Claeys, fin de vie,Droit de mourir dans la dignité,dignité,mort,mourir,suicide assisté,suicide médicalement assisté,vincent lambert,vincent humbert,chantal sebire,jean-luc romero-manuel valls,ccne,comité d'éthique,bonnemaison,sicard,jury citoyen,nawak,conseil d'état,mission de réflexion,légiférer,euthanasie,kouchner,1960, groupe socialiste,

Illustration de Nawak

Une histoire qui se répète

C'est dans ce contexte que le gouvernement se sent obligé de lancer une énième mission de réflexion sur la fin de vie, comme leurs prédécesseurs :

- en 2005 la loi Léonetti faisait suite à "l'affaire Vincent Humbert"

- en 2008 l'examen de la loi Léonetti (par Jean Léonetti lui-même) faisait suite à "l'affaire Chantal Sebire"

pour en savoir plus.

 

Une mission de réflexion... ou comment gagner du temps!

1142024094.jpgUne mission de réflexion, c'est bien, me direz-vous! Cependant ce n'est pas la première mission de réflexion, celle-ci parait être un moyen de gagner du temps, encore et encore!

En effet, depuis la proposition 21 du candidat François Hollande, nous avons vu :

- en décembre 2012 le rapport de la mission de réflexion du Professeur Sicard (qui avait planché sur la question en 2000 en tant que Président du Comité Consultatif National d'Éthique)

- en 2013 un premier avis du CCNE,

- suivi d'une consultation d'un panel de citoyens (favorable au suicide assisté) ont les résultats ont été peu diffusés

- un second avis du CCNE en 2014

- et une nouvelle réflexion de cet organe consultatif

... et enfin une nouvelle mission de réflexion est nommée il y a quelque jour... avec Jean Léonetti et Alain Claeys !

 

Les députés Jean Léonetti et Alain Claeys !!!

Jean Léonetti,

en 2005 à l'initiative de la loi du même nom, est un cardiologue qui a été considéré comme une référence sur la question de la fin de vie! Une référence qui a fini par confisquer le débat et proclamer lui-même sa loi comme une loi de consensus!

La même personne qui a déclaré dans "Le Point" avoir débranché des patients en réanimation afin de libérer des lits !

La même personne qui a fait l'évaluation de sa propre loi.

La même personne qui a déposé une proposition de loi en 2013 pour demander que sa loi soit confortée et légérement renforcée, et ce malgré des drames comme celui de Vincent Lambert ! ! !

Pour noyer le débat, pas de meilleur choix !

 

Alain Claeys,

député PS, spécialiste des questions de bioéthique et d'éducation, a été signataire de la proposition 1960, de 2009. Cette proposition de loi pour le Droit de Mourir dans la Dignité a été initiée par le groupe PS de l'époque, mené par Jean-Marc Ayrault et dont le rapporteur était Manuel Valls!

Jusqu'ici cela n'a pas été annonciateur de courage et de volonté d'avancer sur la question de la fin de vie.

 

Qu'attendre d'une telle "mission"?

Autant être clair, pas grand chose!

- les personnes qui ont la charge de mener cette mission de réflexion ont déjà planché sur le sujet: Aux mêmes causes les mêmes effets!!!!

- le terme même mission de réflexion, même si elle aboutit à la conclusion qu'il faut légaliser l'euthanasie (le suicide médicalement assisté, etc), demanderait plusieurs mois pour recréer un projet de loi, puis plusieurs mois pour le voter!

 

Cette nouvelle mission de réflexion sonne presque comme un aveu de ne pas souhaiter légiférer sur le droit de mourir dans la dignité. Souhaitons que le Conseil d'État libère Vincent Lambert, et que l'Histoire nous donne tort... mais l'espoir ne suffit certainement pas... restons mobiliser pour demander le choix pour notre vie, notre corps, notre mort!

Il est également temps d'interpeller nos députés !

__________

Pour en savoir plus :

- Le point sur les lois encadrant la fin de vie

- Que dit le rapport du jury citoyen

- La proposition 1960 (proposition du groupe socialiste, 2009)

- Le conseil d'état va se réunir sur le cas Vincent Lambert

 

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités, Réflexions personnelles, Vers une loi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

10/11/2013

Les conférences citoyennes sur la fin de vie ont débuté

conférences,citoyennes,ccne,didier,sicard,léonetti,étude,qualitative,sondage,ifop,citoyens,quotas,fin de vie,romero,euthanasie,comité,éthique,consultatif,auditions,spécilistes,mourir,dignité,débat,président,république,États-généraux,saisine,calendrier,pression,méthode,public,hennezel,secret,huis,clos,médiatique,populaireLes conférences citoyennes, annoncées le 31 octobre, ont débuté ce week-end, avec un panel d'une vingtaine de personnes. Ces conférences sont organisées par le Comité Consultatif National d'Éthique.

Vous trouverez en bas de cet article un petit sondage sur l'organisation de ces conférences citoyennes.

 

Pourquoi le CCNE organise ces conférences?

Lors de la campagne présidentielle, l'actuel Président de la République intégrait à son programme la proposition 21. Cette proposition, si elle n'indiquait pas clairement la forme, annonçait un réel questionnement et des avancées pour les droits des patients en fin de vie.

En juillet 2012, le Président de la République mandate le Pr. Didier Sicard pour mener une une mission d'étude, et annonce un projet de loi pour juin 2013. Le Pr. Didier Sicard, ancien Président, et membre d'honneur du CCNE, avait évoqué (comme ce fut le cas en 2000, par un avis du CCNE sur la même question) l'exception d'euthanasie. Proposition soutenue en 2004 par Nadine Morano, et qui n'avait pas été retenue dans la loi du 22 avril 2005.

Les conclusions rendues, le Président de la République retarde le calendrier et saisi le CCNE pour rendre un avis. Cet avis 121 est rendu en juillet 2013, et ses membres ayant des avis divergents, préconisent l'organisation d'États-Généraux de la fin de vie. Le CCNE est mandaté pour organiser cela.

Fin octobre, le CCNE annonce l'organisation de conférences citoyennes. Le calendrier est modifié, et le projet de loi devrait être présenté au premier trimestre 2014.

 

l'Organisation?

Un panel d'une vingtaine de citoyens, sélectionnés selon la méthode des quotas par l'IFOP, va participer à des conférences citoyennes. Sur 4 week-ends, ils auditionneront des spécialistes sélectionnés par le CCNE, et ils auront une journée où ils pourront auditionner les spécialistes qu'ils souhaitent entendre.

Nous savons d'ores et déjà qu'ils auditionneront Jean-Luc Romero le 24 novembre.

conférences,citoyennes,ccne,didier,sicard,léonetti,étude,qualitative,sondage,ifop,citoyens,quotas,fin de vie,romero,euthanasie,comité,éthique,consultatif,auditions,spécilistes,mourir,dignité,débat,président,république,États-généraux,saisine,calendrier,pression,méthode,public,hennezel,citoyenne,

tweets 6 novembre 2013

 

Pour l'organisation, aucune information ne filtre. Selon le Président du CCNE, Jean-Claude Ameisen «Ils vont se réunir dans un endroit secret afin de ne pas être soumis à la pression populaire et médiatique. Aucune communication ne sera faite à ce sujet avant le 16 décembre.» (Source, "20 minutes").

 

Résultats des conférences?

conférences,citoyennes,ccne,didier,sicard,léonetti,étude,qualitative,sondage,ifop,citoyens,quotas,fin de vie,romero,euthanasie,comité,éthique,consultatif,auditions,spécilistes,mourir,dignité,débat,président,république,États-généraux,saisine,calendrier,pression,méthode,public,hennezelBien que je déplore personnellement, et je suis loin d'être la seule, que les citoyens n'aient pas place dans un débat public large, et que cela s'apparente plus à une étude qualitative, nous ne pouvons que souhaiter que cette méthode donnera des résultats intéressants et permettra au gouvernement de rédiger un projet de loi.

 

Les résultats et conclusions seront présentés le 16 décembre 2013 !

 

 

Donnez votre avis

Ceci est un petit sondage, sur la méthodologie et l'organisation des conférences citoyennes, qui se déroulent dans le secret. N'hésitez pas à laisser un commentaire, pour compléter votre réponse et partager votre point de vue.

 

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités, Vers une loi | Lien permanent | Commentaires (12) |  Imprimer |

23/09/2013

Enquête : La loi Léonetti méconnue

léonetti,soins palliatifs,palliatif,sicard,enquête,sondage,opinion,français,débat,citoyens,droits,droits malades,législation,kouchner,gouvernement,ministère santé,santé,fin vie,euthanasie,euthanasie active,euthanasie passive,suicide assisté,sédation finale,sédation terminale,méconnaissance,médecins,charte,fin apaisée,droit fondamental,synthèse,résultats,chiffres,expérience,directives anticipées,volontés,directives,anticipées,patient L'auteur de ce blog, c'est à dire moi, prépare son mémoire de fin d'études! (N'allez pas croire que j'adore parler de moi à la 3ème personne, mais je ne me suis pas vraiment présentée!)

Dans le cadre d'un master en communication publique et politique, je prépare un mémoire sur la communication autour de la fin de vie et du débat sur l'euthanasie. Pour éclairer certaines de mes hypothèses de travail, j'ai réalisé une petite enquête, grâce aux outils de google drive!

 

Une loi mal connue

Cette enquête montre, comme nous le savons déjà, que la loi léonetti est mal connue! Mais aussi et surtout que si elle était mieux connue elle serait sûrement moins bien acceptée.

cf. graph ci-dessous : la loi Léonetti permet l'arrêt des traitements, de l'alimentation et de l'hydratation. Cette mesure parait plus acceptable lorsqu'elle est simplement nommé par la loi Léonetti que lorsqu'elle est décrite de la sorte.

cliquez sur l'image pour l'agrandir

Léonetti, méconnue, loi, fin vie, euthanasie, inacceptable, mesure, pratique, euthanasie, euthanasie passive, sédation finale, arrêt traitements, arrêt hydratation, arrêt alimentation, malade, droit, patient

Une connaissance par l'expérience

Souvent la loi Léonetti et ses mesures sont connues suite à un décès. En effet la proximité de l'expérience de la mort, de l'accompagnement de la fin de vie, de l’hôpital, de la nécessité de faire entendre les volontés d'un proche... poussent à se renseigner sur le contenu de la loi et sur ses droits en tant que patient, mais surtout en tant que citoyen.

cliquez sur l'image pour l'agrandir

léonetti, soins palliatifs, palliatif, kouchner, sédation, sédation finale, droits malades, malade, droits, euthanasie, euthanasie active, euthanasie passive, directives anticipées, directives, anticipées, volontés, respect, dignité,

S'il est normal de mieux connaître ce qu'on a expérimenté, cela révèle 2 choses :

- c'est un savoir fragile qui ne tient pas forcément une étude approfondie des mesures de la loi

- c'est un manquement de la part du gouvernement, sur l'information relative aux droits des patients

2011 était l'année des droits des patients, le ministère de la santé a ouvert un site dédié, lancé un appel à projets et labellisé des projets existants. Très peu de projets portent sur la fin de vie, très peu de documentation permettent de connaître les droits des patients. Il existe une charte des patients entrant à l'hôpital, qui n'est pas spécifique et très peu détaillée, une fiche explicative sur ce que sont les directives anticipées et une sur comment désigner une personne de confiance!

 

Des souvenirs à évoquer

J'ai également pu constater que toutes les personnes ayant laissé un témoignage personnel sont celles qui ont estimé que la fin de vie de leur(s) proche(s) a été correctement accompagnée par les soignants. Ce qui montre qu'une fin de vie apaisée, est certes un droit fondamental, mais également celui de la famille qui conserve des souvenirs (même douloureux, la perte d'un être cher est toujours triste), ceux-ci être partagés et perpétués.

 

Téléchargez la synthèse des résultats, résumés sur 2 pages : Synthese_2pages_Resultats_enquete.pdf

_________

Articles récents liés :

- Le point sur les lois

- Infographie : la fin de vie en france et les pratiques médicales

- Entre 86 et 94% des français favorables à l'euthanasie