Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2014

"Elle demandait la mort aux médecins" : Le témoignage de Joset Chotard, sur le "berry.fr"

La récente affaire Bonnemaison réveillant le tabou de l’euthanasie a forcé Joset Chotard à témoigner de la souffrance de sa femme, défunte.

Les larmes sont bouillantes. Et ses mains sèches pleurent de tous ses doigts sur la toile cirée. « Merci de m’avoir lu, un pauvre vieux qui vous dit salut. » Il y a des courriers de lecteurs qui vous retournent les tripes et poussent à savoir qui tient le stylo. Qui calligraphie de telles lettres majuscules sur une feuille à petits carreaux, découpée aux ciseaux ? Qui, à quatre-vingt-six ans, « bac moins cinq », demande d’« oublier les fautes » de son témoignage écrit, pour que sourde, uniquement, la douleur d’un homme qui « souhaite à tous les anti-euthanasie de terminer dans les mêmes conditions que ma pauvre femme que j’aimais tant » ?

Sur la pointe du Pays Fort, Joset Chotard, 86 ans, pleure sa solitude béante. Chaque soir depuis un an, son sommeil le fuit, distrait par les mêmes images. « Chaque matin, je voudrais ne pas me réveiller. »

La fin d’une vie, c’est aussi, souvent, la fin d’une autre, de celui ou de celle qui reste, avec son impuissance plein les bras. « Docteur, faites-moi une piqûre, demandait-elle aux médecins, aux infirmières et même, à la fin, aux femmes de ménage. » [...]

Lire la suite sur le site du berry.fr

article de Rémy Beurion


Quelques jours plus tard l'ADMD explique, dans ce même média, pourquoi elle réclame une loi pour le Droit de Mourir dans la DIgnité :  Lire l'article

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Entretiens - Témoignages | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

18/02/2014

Dans l'attente... d'écouter les citoyens

3549919828.jpg Sénat débat la question de la fin de vie, que le conseil d'État reporte sa décision dans l' "affaire Vincent Lambert"... je lis que dans le Monde que :


"l'Académie, l'Ordre des médecins et le CCNE sont invités à apporter leur éclairage sur deux points essentiels de la loi Leonetti de 2005 sur la fin de vie, au centre des débats autour de ce cas : l'obstination déraisonnable (acharnement thérapeutique) et le maintien artificiel de la vie. Jean Leonetti est aussi sollicité."

 

 

 

Le Monopole de la parole !!!

Les citoyens n'ont été consultés qu'une seule et unique fois, cette année! Ils ont été consulté sous la forme d'un panel de 18 citoyens, qui ont d'ailleurs rendu un avis conforme aux sondages d'opinion de ces 10 dernières années : développer les soins palliatifs, rendre contraignantes les directives anticipées, légaliser le suicide assisté et créer une commission pour mettre en place une exception d'euthanasie.

Mais nous consultons encore le CCNE, qui a rendu un avis défavorable à l'euthanasie mais permettant l'exception d'euthanasie en 2000, sous la direction de Didier Sicard (qui a mené la réflexion sur la fin de vie, dont le rapport a été remis au Président de la République en décembre 2012). Qui a rendu un premier avis, puis un second, opposé à l'euthanasie en 2013.

Nous consultons Jean Léonetti, auteur de la loi du même nom, de 2005. Loi en vigueur, qui a ses limites, comme nous le voyons avec Vincent Lambert. Une loi discutée par Jean Léonetti en 2004, mise en place par ce même Jean Léonetti en 2005. Réexaminée par... Jean Léonetti lui-mêmee en 2008, et qui a affirmé en 2008 qu'elle était suffisante!

L'Ordre des Médecins, particulièrement opposés à l'euthanasie! Malgré un sondage montrant que plus de 60% des médecins seraient favorables à la légalisation de l'euthanasie, l'Ordre des Médecins s'est toujours opposé à une loi pour le Droit de Mourir dans la Dignité.

Un retour en arrière?

3779020092.jpgDes acteurs majoritairement opposés à l'euthanasie que l'on va questionner sur l'acharnement thérapeutique!

Première surprise, Jean Léonetti reconnaitrait-il que sa loi comporte des failles et qu'elle devait mettre fin à l'acharnement thérapeutique... visiblement sans y être parvenue !

C'est ce que montraient les chiffres de l'INED, plus de 12% d'acharnement thérapeutiques avoués !

 

Mais alors quel est le fond du questionnement? Que souhaitent-ils trouver? Une loi Léonetti renforcée?

Cela veut-il dire que la proposition de loi sur la fin de vie, prévue pour 2014 est abandonnée?

 

Vers une réponse citoyenne

Le cas de Vincent Lambert est dramatique et bouleverse les Français. L'opinion publique, déjà majoritairement favorable à la légalisation de l'euthanasie, prend conscience de la fragilité et des limites de la loi Léonetti (totalement méconnue).

 

Une réponse démocratique s'impose, écouter les citoyens. Cesser de donner la parole à ces castes médicales qui nous assènent les mêmes discours depuis les lois Kouchner (1999).

 

Espérons qu'en attendant la proposition de loi du gouvernement, promise en 2014 (ou un examen et un vote d'un projet de loi, comme l'aurait souhaité le Sénat), la loi actuelle renforce la validité et rendre opposables les directives anticipées.

 

 

Pour en savoir plus

- Le Point sur les lois actuelles

- Les conclusions du jury citoyen

- Le point sur les directives anticipées

- Interpeller les politiques

- L'opinion publique sur la fin de vie et l'euthanasie

- Enquête : la loi Léonetti méconnue

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

16/12/2013

Edito de Christophe Barbier - 16 décembre

barbier,christophe,itélé,jury citoyen,ccne,panel,citoyens,euthanasie,fin de vie,suicide assisté,edito,admd,blog,video,politique,médecins,corporatisme,léonetti,leonetti

 

Avant la remise des conclusions du jury citoyen, ce 16 décembre 2013, l'édito matinal de Christophe Barbier sur iTélé porte sur la fin de vie et la légalisation de l'euthanasie.

C'est pour lui une "raison digne" de débattre vivement au sein des partis.

 

 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
 

Vu sur le blog de l'ADMD

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |