Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2014

Question d'euthanasie sur Europe 1

morandini,euthanasie,europe 1,grand direct,médias,media,radio,fin de vie,léonetti,romero,admd,jean-luc,jean-marc,renaud revel,Anne-Dauphine,Julliand,solidaires en fin de vie,soins palliatifs,palliative,pays-bas,suicide,suicide assisté,séniors,maladie,mourir,dignité,droit de mourir dans la dignité Après la conférence de presse du Président de la République, réaffirmant la volonté d'une loi, (dont nous ne connaissons par le contenu et qui ne sera lancée qu'une fois un autre rapport du CCNE remis !), et avant que la Justice ne décide si oui ou non la Vincent Lambert bénéficiera de la Loi Léonetti, d'une euthanasie passive...

Ce matin, jeudi 16 janvier 2014, Jean-Marc Morandini traitait la question de la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté.

 

Des témoignages poignants en direct sont analysés par les invités, Anne-Dauphine Julliand et de Jean-Luc Romero.

De ces témoignages, de patients dans des situations très différentes et d'une soignante, ressort la non prise en charge de la souffrance et de la demande du patient. En effet, l'accès au soins palliatifs est très difficile (seuls 20% des personnes qui le nécessiteraient y ont accès), le suicide des séniors n'est pas pris en compte et écouté, les souffrances des patients ne trouvent pour seules réponses aujourd'hui que la Loi Léonetti qui permet d'arrêter l'alimentation et l'hydratation.

 

Pour mieux comprendre les témoignages, voici quelques clés :

 

  • Le syndrome réfractaire : Syndrome extrêmement douloureux, le patient ressent une soif intense mais il ne peut être hydraté, car ses organes feraient de la rétention d'eau jusqu'à céder.
  • Le suicide des séniors : Toute les 3 heures un sénior se suicide, de peur de ne pas pouvoir finir sa vie dans la dignité, de "mal mourir", de souffrir, ...
  • La sédation terminale et la loi Léonetti : La sédation terminale ou finale est une des mesure de la loi Léonetti. Elle est censée plonger le patient dans un coma artificiel, jusqu'à sa mort. Une attente de la mort qui est accélérée par l'arrêt des traitements, de l'alimentation et de l'hydratation. Il n'est pas prouvé que la sédation finale suffise à endiguer la souffrance, de nombreux témoignages prouvent le contraire, un moment éprouvant pour le patient et pour ses proches. La mort tarde à venir, comme dans le cas du jeune Hervé Pierra, qui après 8 ans de coma végétatif a passé 6 jours d'agonie après l'application de la loi Léonetti.
  • Les 4 600 euthanasies illégales évoquées par Jean-Luc Romero, proviennent de chiffres INED (Institut National d'Études Démographiques) sur les pratiques médicales en fin de vie. Ces chiffres montrent que dans plus de 12% des cas il y a acharnement thérapeutique et que malgré l'interdiction d'euthanasie il y a 0,8% d'euthanasies actives pratiquées (sans l'avis du patient dans la plupart des cas) soit plus de 4 600 décès par euthanasie active.

 

Écoutez les témoignages de ce matin, sur Europe 1

Extrait 1
podcast

Extrait 2
podcast

______

Pour aller plus loin

- La pétition Avaaz pour faire inscrire à l'ordre du jour au Parlement, un projet de loi sur l'euthanasie

- Les lois actuelles sur la fin de vie 

- Propos sur la fin de vie lors de la conférence de presse du Président de la République

- Que dit le rapport du jury citoyen sur la fin de vie ?

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités, Entretiens - Témoignages | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

17/10/2013

Bonnemaison ! 7 sur 4 547 !

léonetti, bonnemaison, euthanasie, sédation,finale,loi,condamnation, Le Point, réalité, parole, volontés, directives, anticipées, directives anticipées, fin vie, mourrant, mort, mourir, assistance, suicide assisté, pratiques, INED, INSEE, Le Dr. Bonnemaison est renvoyé aux assises pour avoir pratiqué 7 euthanasies...

Plus que 4 540 à retrouver...

heu non 73 880 !

 

Faisons les comptes :

  • Si on en croit les chiffres de l'INED (rapport de novembre 2012), 0,8% des décès seraient le résultat d'une euthanasie.
  • Avec les chiffres de l'INSEE (provisoires) on apprend qu'il y a eu 568 300 décès en France en 2012.
  • Il y aurait donc eu 4 547 euthanasies. Forcément illégales, puisque l'euthanasie l'est !
  • Mais on nous dit aussi dans ce rapport INED, que dans 12,2% des cas il y a décision de "tout faire pour prolonger la vie du patient", n'est-ce pas là l'acharnement thérapeutique? lui aussi illégal ! Ce qui fait 69 333 cas d'acharnement thérapeutique illégaux. Mais quel médecin a été inquiété pour "avoir tout fait pour prolonger la vie du patient"? Alors même que la loi Léonetti devait permettre le respect des volontés du patient et empêcher l'acharnement thérapeutique!

 

Une loi autant enfreinte est-elle vraiment adaptée?

Quelle est la place de la volonté du patient?

Trop d'incertitudes avec la Loi Léonetti, 2005. Certes une première loi... mais une loi inachevée, insatisfaisante : La volonté des patients n'est pas respectée! Les médecins ne peuvent s'acharner, ne peuvent donner la mort, mais ils doivent s'arrêter et laisser faire, quand exactement? Quand le patient demande l'arrêt des traitements, de l'alimentation et de l'hydratation !

 

Va-t-on poursuivre Jean Léonetti?

« Vous savez, en réanimation, j'ai fait comme tous mes collègues, j'ai arrêté des respirateurs. Souvent sous la pression, parce qu'une nouvelle urgence arrivait et qu'il fallait libérer un lit. C'était illégal, mais le plus terrible, même s'il n'y avait plus aucun espoir pour ces individus, était que nous mentions à leurs familles. Nous disions "il est mort", comme si le décès était survenu naturellement. »

déclarait Jean Léonetti, au Point, le 27 mars 2008

 

Bien entendu, ce n'est pas ce que je demande, et je ne souhaite pas non plus trancher sur le cas du Dr.Bonnemaison, la Justice est en cours! Mais il faut souligner que la réalité de l'euthanasie est loin de ce qui se passe sur les bancs de la justice ou des parlements!

Il faut une loi qui donne la parole au patient et qui fait respecter sa liberté et ses choix! Lui donner des droits, rendre sa parole et les directives anticipées opposables (valeur juridique).

Rendre au patient sa liberté et en lui donnant des droits sur sa fin de vie, définira une limite claire : le respect des volontés du patient. L'acharnement thérapeutique et l'euthanasie, seront condamnables si ils sont pratiqués contre la volonté du patient en fin de vie.

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |