Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2013

Message amical aux mal à l'aise...

Le sujet fun de vos dîners entre amis...

sujet,fun,diner,euthanasie,fin vie,message,amis,amical,religion,dogme,dogmatique,échange,discussion,point de vue,position,mal,aise,morpion,gratter,exemples,contradiction,dissonance,cognitive,cohérenceVous aimez regarder des vidéos de petits chats trop mignons, manger une pizza entre amis, et commenter les gens qui passent quand vous êtes en terrasse, je vous rassure, moi aussi ! Alors soyons clairs, le sujet de la fin de vie et de l'euthanasie met mal à l'aise! Ce n'est pas le sujet qui vous rend populaire dans un dîner entre amis...

Ce n'est pas le sujet dont on vous demande des nouvelles! Quand je rencontre mes amis et que je leur lance un sympathique "comment c'était le concert de Céline" (Dion, bien entendu... et oui, elle a encore des fans... ;-) Mais ça marche pareil avec Mylène, Marilyn, Saez...!) on me répond rarement, "bien et toi tu as pu creusé la position des nouveaux membres du CCNE sur la fin de vie?" !!!! Je vous jure pourtant que je passe des samedis funs! Des fois je me dis que j'aurais du choisir un sujet du genre : comment Ségolène Royal a baissé sa voix de 2 tons pour être présidentiable! Mais quel intérêt aujourd'hui? Et puis en discutant je me rends compte que les gens ont envie d'en savoir plus sur leurs droits, ont envie qu'on écoute leur avis, ont envie d'être citoyen et qu'on ne les cantonne pas à des questions simples ou consensuelles... Avis aux politiques...

Quand il m'arrive de m'aventurer sur le terrain de la fin de vie, de poser quelques questions sur la façon dont mes interlocuteurs l'envisagent et ce qu'ils perçoivent de la législation... c'est 50/50 !

50 "je ne m'y connais pas mais je suis convaincu que..."

50 "ça me met mal à l'aise ton sujet"!

Bon les calculs ne tombent pas juste mais il reste de la place pour les 5 % qui ont envie de pousser le débat plus loin... et si quelqu'un s'avise de me reprendre sur mon niveau en maths... il aura raison!

Aujourd'hui je ne m'adresse pas aux 5% qui s'intéressent à la fin de vie,

mais au 100% que ça met mal à l'aise !

 

"Ça me met mal à l'aise ton sujet"... la phrase qu'il faut gratter plus fort qu'un morpion

sujet,fun,diner,euthanasie,fin vie,message,amis,amical,religion,dogme,dogmatique,échange,discussion,point de vue,position,mal,aise,morpion,gratter,exemples,contradiction,dissonance,cognitive,cohérence

Quand je questionne les gens sur pourquoi cela les met mal à l'aise, de prime abord on me répond que c'est morbide, qu'on n'a pas envie de penser à ça, que...

Bref une réponse sans emploi des bons mots ni des bons maux...

Vous satisferiez vous d'un "ça me met mal à l'aise"?

Sur un sujet nécessaire à aborder? Sur une question à laquelle vous souhaitez une réponse? Sur une décision que vous devez prendre et où on refuse de prendre partie?

En fait ce n'est pas le sujet qui vous met mal à l'aise, c'est ce qu'il traîne avec lui, ma réponse, votre réponse, votre incompréhension, votre contradiction interne, nos peurs, etc...

 

Je vais m'appuyer sur des exemples et des discussions avec des amis pour poursuivre ce développement! (Les amis si vous vous reconnaissez, merci, et rassurez-vous je ne citerai vos noms qu'à la fin! Mais non je plaisante... je laisserai vos mails!)

 

Le mal à l'aise, de contradiction interne : les pieds dans les champs et la tête dans les gratte-ciel !

sujet,fun,diner,euthanasie,fin vie,message,amis,amical,religion,dogme,dogmatique,échange,discussion,point de vue,position,mal,aise,morpion,gratter,exemples,contradiction,dissonance,cognitive,cohérenceRien n'est plus compliqué que la contradiction interne, pour réduire sa dissonance cognitive et retrouver un peu de cohérence et équilibre... on est prêt à bien des arrangements avec soi-même, et personne n'y échappe!

La dissonance cognitive

Notre être intègre des éléments externes qu'il fait sien, de la génétique à l'éducation en passant par les événements et la culture, etc... bref je ne vous apprends rien! Mais quand ces éléments entrent en contradiction et que nous ne pouvons faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre, et bien nous cherchons des solutions, nous nous convainquons que telle idée est la bonne en inhibant l'autre partie de nous, qui souhaiterait donner son avis, nous cherchons une solution consensuelle, nous évitons la question pour ne pas y apporter de réponse et ne pas se confronter à ce débat interne qui nous épuise et nous divise! Bref nous sommes un État totalitaire qui ne voulons personnes dans les rues de notre cerveau!

Que se passe-t-il alors quand nous intégrons une culture et une éducation traditionnelle que nous ne cherchons pas à expliquer mais seulement à vivre et en même temps que nous vivons dans un monde moderne avec des philosophies capitalistes, libertaires, républicaines, ou autres, qui nous séduisent tout autant ? Et bien des petits arrangements avec soi-même! Rien de bien grave, et plutôt sain comme réaction!

Petits arrangements avec soi-même

Mais sur des questions de société, comme le débat sur la fin de vie, on peut avoir des positions comme "nôtre corps ne nous appartient pas" il appartient à "Dieu" et en même temps "je suis libre de disposer de mon corps et aucune loi ne doit entraver ma liberté individuelle" ! Hum! Difficile et je le comprends...

Ce que je comprends aussi, c'est que ce n'est pas ma question qui vous met mal à l'aise, mais plutôt que vous ne savez pas où se trouve la limite entre votre partie traditionnelle et votre partie moderne! Que votre philosophie et votre conception de la vérité s'en trouvent brouillées! Ce n'est pas que vous n'avez pas d'avis, que vous n'avez pas envie d'en parler, mais il vous faut d'abord gérer ce conflit interne!

Cependant, je crois que ce conflit il est bon de le régler avant que vous ne soyez forcé de choisir dans l'urgence, de prendre une décision qui se révèlera en désaccord avec les différentes parties qui vous composent! Mais peut-être fais-je erreur, et je serai ravie d'en discuter!

Toujours est-il que pour cet ami qui m'a servie de base d'observation, bercé de religion et de traditions familiales, dans le même temps profondément défenseur des libertés individuelles... après presque 1 an de réflexion... j'ai eu une réponse apaisée! Certes la réponse a évolué au fil du temps, mais j'ai senti que cette réponse le réconciliait avec ses valeurs et avec son expérience!

 

Le mal à l'aise, de contradiction externe : fuir le conflit ou le provoquer !

sujet,fun,diner,euthanasie,fin vie,message,amis,amical,religion,dogme,dogmatique,échange,discussion,point de vue,position,mal,aise,morpion,gratter,exemples,contradiction,dissonance,cognitive,cohérenceLa seconde personne qui s'opposait bien plus violemment à moi, chaque fois que j'évoquais mes recherches ou mon mémoire, ne ressentait pas de dissonance cognitive sur cette question... mais plutôt une peur de me contredire (qui d'ailleurs générait bien plus de conflits)!

Je n'attends pourtant que cela, des débats constructifs, des oppositions qui nous font évoluer, bref l'exercice de l'humain qui raisonne et non de la cloche qui résonne le même discours partout!

Bravant la véhémence de son refus, nous avons fini par avoir une discussion! Elle s'oppose à l'euthanasie! "C'est un peu court jeune homme femme, vous auriez pu dire, bien des choses en somme" !

Grattons le morpion...

Elle : Ayant reçu une éducation religieuse, il est écrit dans la Bible que mon corps ne m'appartient pas, et qu'on ne peut pas provoquer la mort.

Moi : J'entends parfaitement cela, et je respecte ta foi. Mais 2 choses m'interpellent, penses-tu que sans la médecine la plupart des gens qui aujourd'hui souhaitent avoir recours à l'euthanasie seraient encore en vie à l'époque où la Bible a été écrite? Et ne penses tu pas qu'une loi protégerait également les gens comme toi qui ne veulent surtout pas qu'on pratique d'euthanasie?

Elle : Mais tu as reçu une éducation religieuse toi aussi!

Moi : Oui et alors?

Elle : Et tu voudrais qu'on euthanasie les gens!

Moi : Mais attends, je ne vois pas le rapport, c'est un raccourci que tu fais! En Belgique c'est moins d'1% des décès, au Pays Bas c'est moins de 3%! Il ne s'agit pas d'euthanasier tout le monde, ni même de remplacer les soins palliatifs ou tout autre accompagnement par l'euthanasie, bien au contraire!

Elle : Et puis de toutes façons puisque l'euthanasie est interdite je suis protégée.

Moi : Que penses tu des 4 000 euthanasies pratiquées en France, sans l'accord du patient (chiffres INED étude de novembre 2012) ?

Elle : C'est pas possible! Et je ne vois pas en quoi une loi nous protégerait!

Moi : Et bien la loi, en plus de donner la liberté de choisir, pourrait donner un cadre légal donnant plus de poids aux volontés du patient (orales ou directives anticipées)en les rendant opposables. Prévoyant alors des sanctions envers les médecins qui ne respecteraient pas les volontés du patient.

Elle : Tu penses au médecin qui pratique une euthanasie?

Moi : La loi prévoit une clause de conscience, il ne s'agit nullement d'obliger les médecins à pratiquer des actes qui sont contraires à leurs valeurs. Ceci dit 66% des médecins sont favorables à une légalisation de l'euthanasie (enquête IPSOS commandée par le conseil national de l'odre des médecin, février 2013).

Elle : blablablabla

Moi : blablablabla

Vous avez ici un résumé, la discussion a été un peu plus longue, et teintée de bien plus d'arguments, au sens français et anglais du terme ... mais si vous voulez en savoir plus, la prochaine fois venez... commentez ou écrivez moi ;-)

L'information ne tue pas

Je ne m'adresse certes pas aux journalistes qui risquent leurs vies dans des pays en guerre pour relayer l'information!

Nous avons la chance d'être en Démocratie, la presse n'est pas au top mais elle n'est pas muselée, Internet n'est pas totalement limité, les sites de nos chambres parlementaires diffusent l'information (avec moins de transparence que les institutions européennes, j'en conviens), vous pouvez échanger, débattre, interpeller vos représentants, etc...

Ce n'est pas parce qu'on parle de fin de vie et d'euthanasie que l'information tue! Quelque soit votre point de vue, il est important de s'informer (comme vous avez pu le lire dans le dialogue ci-dessus)! Ce qui est vrai pour tous les sujets l'est aussi pour la fin de vie.

Un choix sans connaissance des éléments et conséquences n'est pas un choix!

Nous sommes citoyens, nous devons participer au débat, il faut commencer par s'informer...

 

Petit PS : Aux croyants, philosophes et personnalités de tous poils!

Comprendre post scriptum et non parti socialiste! Le débat et les questions ne société ne sont pas l'apanage d'un seul parti! "Vous n'avez pas le monopole du cœur" plagierais-je si je l'osais! Trop tard!

Une question de respect

Tout d'abord sachez que je respecte les religions, les philosophes et quelques personnalités... :-D

Ce n'est pas un manque de respect ou une volonté de heurter vos croyances que de ne pas penser comme vous! La foi et la croyance sont intrinsèquement liées à votre propension à croire sans savoir! Une qualité que j'admire... que je peux éprouver dans l'intimité de ma sphère privée... mais qui ne constitue pas pour moi la base d'un débat!

Vous pouvez être convaincus d'avoir raison, mais cela ne suffit pas à ce que nous reconnaissions que vous ayez raison, et encore moins à ce que nous n'abordions pas des sujets qui vont à l'encontre de votre foi! Ce n'est pas un manque de respect, c'est la Démocratie en République laïque.

 

L'argument dogmatique

De même, cessez de vouloir nous convaincre sur le seul argument de votre foi ou conviction! Il se trouve que pour qu'un argument dogmatique fonctionne il faut que l'interlocuteur ou récepteur convienne de la recevabilité du garant et/ou du dogme!

Si vous êtes fan de Céline Dion (encore elle! je vais cesser de m'acharner!), et que vous vous adressez à un autre fan de la chanteuse en tenant ces propos "Le dernier album de Jen est super, c'est Céline qui l'a dit!" Votre interlocuteur sera enclin à vous croire...

Si c'est à moi que vous le dites, je risque de vous demander de reformuler la phrase dans un premier temps, puis d'émettre quelques doutes quant à la qualité du dernier album de Jen, tant que je ne l'ai pas écouté du moins!

Il en est de même quand vous vous appuyez sur Rousseau pour convaincre Voltaire, sur Dieu pour convaincre l'athée, sur la Liberté individuelle pour convaincre le tyran... Je pense que vous avez compris!

L'argument est peut être valable dans un certain cadre, mais peu convainquant pour vos opposants. C'est pourquoi il est bon de diversifier ses arguments quelque soit le sujet que l'on traite et qui que l'on soit.

Mais aussi de considérer le fait qu'une personne croyante ne dirige pas forcément ses actions sociales et citoyennes au gré de sa foi!

 

Un petit message amical aux mal à l'aise, qui ne devrait plus l'être à présent! Je sais.. que de prétention! J'espère du moins vous avoir convaincu de l'utilité de s'informer et d'échanger, malgré le sérieux du sujet, et quelque soit sa position. Je reste d'ailleurs ouverte à l'échange... et même à publier ici vos billets d'humeur sur la question, vos témoignages, ou connaissances... qu'elles soient en accord avec ma vision ou non...

 

____

Articles liés :

- Interpellez vos députés

- Infographie sur la fin de vie en France

- Le point sur les lois encadrant la fin de vie

- Le point sur les directives anticipées

- Rendez-vous sur les réseaux sociaux

- Entre 86 et 94% des français favorables à l'euthanasie

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Réflexions personnelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |