Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2013

Bonnemaison ! 7 sur 4 547 !

léonetti, bonnemaison, euthanasie, sédation,finale,loi,condamnation, Le Point, réalité, parole, volontés, directives, anticipées, directives anticipées, fin vie, mourrant, mort, mourir, assistance, suicide assisté, pratiques, INED, INSEE, Le Dr. Bonnemaison est renvoyé aux assises pour avoir pratiqué 7 euthanasies...

Plus que 4 540 à retrouver...

heu non 73 880 !

 

Faisons les comptes :

  • Si on en croit les chiffres de l'INED (rapport de novembre 2012), 0,8% des décès seraient le résultat d'une euthanasie.
  • Avec les chiffres de l'INSEE (provisoires) on apprend qu'il y a eu 568 300 décès en France en 2012.
  • Il y aurait donc eu 4 547 euthanasies. Forcément illégales, puisque l'euthanasie l'est !
  • Mais on nous dit aussi dans ce rapport INED, que dans 12,2% des cas il y a décision de "tout faire pour prolonger la vie du patient", n'est-ce pas là l'acharnement thérapeutique? lui aussi illégal ! Ce qui fait 69 333 cas d'acharnement thérapeutique illégaux. Mais quel médecin a été inquiété pour "avoir tout fait pour prolonger la vie du patient"? Alors même que la loi Léonetti devait permettre le respect des volontés du patient et empêcher l'acharnement thérapeutique!

 

Une loi autant enfreinte est-elle vraiment adaptée?

Quelle est la place de la volonté du patient?

Trop d'incertitudes avec la Loi Léonetti, 2005. Certes une première loi... mais une loi inachevée, insatisfaisante : La volonté des patients n'est pas respectée! Les médecins ne peuvent s'acharner, ne peuvent donner la mort, mais ils doivent s'arrêter et laisser faire, quand exactement? Quand le patient demande l'arrêt des traitements, de l'alimentation et de l'hydratation !

 

Va-t-on poursuivre Jean Léonetti?

« Vous savez, en réanimation, j'ai fait comme tous mes collègues, j'ai arrêté des respirateurs. Souvent sous la pression, parce qu'une nouvelle urgence arrivait et qu'il fallait libérer un lit. C'était illégal, mais le plus terrible, même s'il n'y avait plus aucun espoir pour ces individus, était que nous mentions à leurs familles. Nous disions "il est mort", comme si le décès était survenu naturellement. »

déclarait Jean Léonetti, au Point, le 27 mars 2008

 

Bien entendu, ce n'est pas ce que je demande, et je ne souhaite pas non plus trancher sur le cas du Dr.Bonnemaison, la Justice est en cours! Mais il faut souligner que la réalité de l'euthanasie est loin de ce qui se passe sur les bancs de la justice ou des parlements!

Il faut une loi qui donne la parole au patient et qui fait respecter sa liberté et ses choix! Lui donner des droits, rendre sa parole et les directives anticipées opposables (valeur juridique).

Rendre au patient sa liberté et en lui donnant des droits sur sa fin de vie, définira une limite claire : le respect des volontés du patient. L'acharnement thérapeutique et l'euthanasie, seront condamnables si ils sont pratiqués contre la volonté du patient en fin de vie.

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

23/09/2013

Enquête : La loi Léonetti méconnue

léonetti,soins palliatifs,palliatif,sicard,enquête,sondage,opinion,français,débat,citoyens,droits,droits malades,législation,kouchner,gouvernement,ministère santé,santé,fin vie,euthanasie,euthanasie active,euthanasie passive,suicide assisté,sédation finale,sédation terminale,méconnaissance,médecins,charte,fin apaisée,droit fondamental,synthèse,résultats,chiffres,expérience,directives anticipées,volontés,directives,anticipées,patient L'auteur de ce blog, c'est à dire moi, prépare son mémoire de fin d'études! (N'allez pas croire que j'adore parler de moi à la 3ème personne, mais je ne me suis pas vraiment présentée!)

Dans le cadre d'un master en communication publique et politique, je prépare un mémoire sur la communication autour de la fin de vie et du débat sur l'euthanasie. Pour éclairer certaines de mes hypothèses de travail, j'ai réalisé une petite enquête, grâce aux outils de google drive!

 

Une loi mal connue

Cette enquête montre, comme nous le savons déjà, que la loi léonetti est mal connue! Mais aussi et surtout que si elle était mieux connue elle serait sûrement moins bien acceptée.

cf. graph ci-dessous : la loi Léonetti permet l'arrêt des traitements, de l'alimentation et de l'hydratation. Cette mesure parait plus acceptable lorsqu'elle est simplement nommé par la loi Léonetti que lorsqu'elle est décrite de la sorte.

cliquez sur l'image pour l'agrandir

Léonetti, méconnue, loi, fin vie, euthanasie, inacceptable, mesure, pratique, euthanasie, euthanasie passive, sédation finale, arrêt traitements, arrêt hydratation, arrêt alimentation, malade, droit, patient

Une connaissance par l'expérience

Souvent la loi Léonetti et ses mesures sont connues suite à un décès. En effet la proximité de l'expérience de la mort, de l'accompagnement de la fin de vie, de l’hôpital, de la nécessité de faire entendre les volontés d'un proche... poussent à se renseigner sur le contenu de la loi et sur ses droits en tant que patient, mais surtout en tant que citoyen.

cliquez sur l'image pour l'agrandir

léonetti, soins palliatifs, palliatif, kouchner, sédation, sédation finale, droits malades, malade, droits, euthanasie, euthanasie active, euthanasie passive, directives anticipées, directives, anticipées, volontés, respect, dignité,

S'il est normal de mieux connaître ce qu'on a expérimenté, cela révèle 2 choses :

- c'est un savoir fragile qui ne tient pas forcément une étude approfondie des mesures de la loi

- c'est un manquement de la part du gouvernement, sur l'information relative aux droits des patients

2011 était l'année des droits des patients, le ministère de la santé a ouvert un site dédié, lancé un appel à projets et labellisé des projets existants. Très peu de projets portent sur la fin de vie, très peu de documentation permettent de connaître les droits des patients. Il existe une charte des patients entrant à l'hôpital, qui n'est pas spécifique et très peu détaillée, une fiche explicative sur ce que sont les directives anticipées et une sur comment désigner une personne de confiance!

 

Des souvenirs à évoquer

J'ai également pu constater que toutes les personnes ayant laissé un témoignage personnel sont celles qui ont estimé que la fin de vie de leur(s) proche(s) a été correctement accompagnée par les soignants. Ce qui montre qu'une fin de vie apaisée, est certes un droit fondamental, mais également celui de la famille qui conserve des souvenirs (même douloureux, la perte d'un être cher est toujours triste), ceux-ci être partagés et perpétués.

 

Téléchargez la synthèse des résultats, résumés sur 2 pages : Synthese_2pages_Resultats_enquete.pdf

_________

Articles récents liés :

- Le point sur les lois

- Infographie : la fin de vie en france et les pratiques médicales

- Entre 86 et 94% des français favorables à l'euthanasie

17/09/2013

Vincent Lambert, un drame qui aurait pu être évité !

 

La situation de Vincent Lambertvincent, lambert, fin de vie, léonetti, le monde, malade

Un drame familial et humain, à Reims ! Un jeune homme, Vincent Lambert, 37 ans, plongé dans un état végétatif chronique à la suite d'un accident de la route en 2008.

Le drame dont je parle ce n'est pas son accident, bien entendu on aurait souhaité que celui-ci soit évité. Mais le drame qui aurait pu être évité est le suivant : les proches ne sont pas d'accord sur la suite de sa "vie"! Apparemment une faible communication visuelle subsiste, sans être certain que le jeune homme en a conscience.

Selon les médecins, avant que son état ne se dégrade, le jeune homme aurait refusé des soins, laissant penser qu'il ne souhaiterait pas continuer la vie dans cet état, et souhaiterait que la loi leonetti soit appliquée; cessation des traitements, de l'hydratation et de l'alimentation, et sédation finale (mise dans le coma jusqu'au décès).

Cependant, ce ne sont que des suppositions. Au centre, un jeune homme dont on ne sait pas ce qu'il ressent. On ne sait pas non plus ce qu'il souhaitait. Les parents, eux, ne souhaitent pas le voir partir et refuse la stricte application de la loi Léonetti. Qui pourrait les en blâmer? Perdre un enfant est terrible.

 

L'entretien du médecin

(voir l'article du Monde)

Le médecin, le docteur Eric Kariger, du patient déclare que "la seule chose qui doit nous animer, c'est l'intérêt de Vincent Lambert. Je suis là pour défendre l'intérêt d'un malade, pas des convictions. Et j'assumerai mes responsabilités." Il met d'ailleurs en œuvre une procédure de consultation et de décision collégiale plus large que ce que la loi le contraint de faire.

Il est malheureux que ce soit dans de telles circonstances, mais plaisant de voir un médecin qui souhaite écouter les volontés de son patient! Mais celui-ci n'est pas en mesure de les écouter.

 

Comment ceci aurait pu être évité?

La loi permet la rédaction des directives anticipées. Si celles-ci avaient été rédigées, les volontés de Vincent Lambert seraient connues. Le médecin, qui semble sensible à la volonté du patient, aurait pu les appliquer. La famille ne se serait pas déchirée et aurait vu s'accomplir les volontés de l'être aimé. Certes la douleur de la perte et du deuil ne sont pas foncièrement différentes, mais le cheminement est plus serein quand vous savez que les volontés du défunts ont été appliquées jusqu'à la fin.

 

Pourquoi les directives anticipées ne sont que rarement rédigées?

  • elles sont peu connues
  • elles sont parfois compliquées à rédiger (n'hésitez pas à appeler des associations, comme l'ADMD) qui peuvent vous aider à les rédaction
  • elles n'ont pas de valeur contraignante (le médecin est dans l'obligation de les lire et d'écouter les personnes de confiance, mais la loi ne le contraint pas à les appliquer, et ne prévoit aucune sanction dans le cas contraire.

Pourquoi en rédiger?

Cependant, de plus en plus de médecins d'une autre génération sans doute, moins convaincus de leur omniscience et de la nécessité d'infantiliser les patients, écoutent les volontés des malades. Les directives anticipées sont de plus en plus demandées pour connaître les volontés du patient.

A l'instar de ce médecin, qui j'en suis certaine, aurait aimé pouvoir trouver des directives anticipées, pour accomplir les volontés de Vincent Lambert.

N'attendez pas de savoir si le médecin vous écoutera pour les rédiger... il sera peut-être trop tard! Et elles peuvent vous sauvez la vie et la mort !

____________

Pour aller plus loin : Le point sur les directives anticipées

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |