Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2013

Bonnemaison ! 7 sur 4 547 !

léonetti, bonnemaison, euthanasie, sédation,finale,loi,condamnation, Le Point, réalité, parole, volontés, directives, anticipées, directives anticipées, fin vie, mourrant, mort, mourir, assistance, suicide assisté, pratiques, INED, INSEE, Le Dr. Bonnemaison est renvoyé aux assises pour avoir pratiqué 7 euthanasies...

Plus que 4 540 à retrouver...

heu non 73 880 !

 

Faisons les comptes :

  • Si on en croit les chiffres de l'INED (rapport de novembre 2012), 0,8% des décès seraient le résultat d'une euthanasie.
  • Avec les chiffres de l'INSEE (provisoires) on apprend qu'il y a eu 568 300 décès en France en 2012.
  • Il y aurait donc eu 4 547 euthanasies. Forcément illégales, puisque l'euthanasie l'est !
  • Mais on nous dit aussi dans ce rapport INED, que dans 12,2% des cas il y a décision de "tout faire pour prolonger la vie du patient", n'est-ce pas là l'acharnement thérapeutique? lui aussi illégal ! Ce qui fait 69 333 cas d'acharnement thérapeutique illégaux. Mais quel médecin a été inquiété pour "avoir tout fait pour prolonger la vie du patient"? Alors même que la loi Léonetti devait permettre le respect des volontés du patient et empêcher l'acharnement thérapeutique!

 

Une loi autant enfreinte est-elle vraiment adaptée?

Quelle est la place de la volonté du patient?

Trop d'incertitudes avec la Loi Léonetti, 2005. Certes une première loi... mais une loi inachevée, insatisfaisante : La volonté des patients n'est pas respectée! Les médecins ne peuvent s'acharner, ne peuvent donner la mort, mais ils doivent s'arrêter et laisser faire, quand exactement? Quand le patient demande l'arrêt des traitements, de l'alimentation et de l'hydratation !

 

Va-t-on poursuivre Jean Léonetti?

« Vous savez, en réanimation, j'ai fait comme tous mes collègues, j'ai arrêté des respirateurs. Souvent sous la pression, parce qu'une nouvelle urgence arrivait et qu'il fallait libérer un lit. C'était illégal, mais le plus terrible, même s'il n'y avait plus aucun espoir pour ces individus, était que nous mentions à leurs familles. Nous disions "il est mort", comme si le décès était survenu naturellement. »

déclarait Jean Léonetti, au Point, le 27 mars 2008

 

Bien entendu, ce n'est pas ce que je demande, et je ne souhaite pas non plus trancher sur le cas du Dr.Bonnemaison, la Justice est en cours! Mais il faut souligner que la réalité de l'euthanasie est loin de ce qui se passe sur les bancs de la justice ou des parlements!

Il faut une loi qui donne la parole au patient et qui fait respecter sa liberté et ses choix! Lui donner des droits, rendre sa parole et les directives anticipées opposables (valeur juridique).

Rendre au patient sa liberté et en lui donnant des droits sur sa fin de vie, définira une limite claire : le respect des volontés du patient. L'acharnement thérapeutique et l'euthanasie, seront condamnables si ils sont pratiqués contre la volonté du patient en fin de vie.

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

De la constance en politique... (petite histoire de la proposition 1960)

... constance ! C'est qui celle là? 

valls,manuel,député,assistance,mourir,euthanasie,ps,socialiste,ayrault,groupe,parlement,assemblée,nationale,touraine,delaunay,ministre,comité,éthique,ccne,parlementaires,chambres,textes,texte,projet,proposition,loi,vote

 

En attendant que le CCNE ne me réponde (je crois bien que j'attends la cantatrice chauve)... je vais vous conter la petite histoire de la proposition de loi, déposée par le groupe socialiste à l'Assemblée Nationale en 2009 !

 

 

Chapitre 1  - Le vote du 24 novembre 2009 à l'Assemblée Nationale

valls, manuel, député, assistance, mourir, euthanasie, PS, socialiste, ayrault, groupe, parlement, assemblée, nationale, touraine, delaunayTout commence l'Hiver 2009, avec la proposition de loi N°1960, relative au droit de mourir dans la dignité (Un nom bien pompeux pour un personnage principal de conte, je vous l'accorde) ! Le projet est déposé le 7 octobre 2009. En tête de liste figure le nom de Jean-Marc Ayrault, suivi de Manuel Valls, Laurent Fabius, etc... avec bien entendu Marisol Touraine (et pléthore de personnages socialistes, aujourd'hui ministres).

Envoyé à la commission des affaires sociales, quelques amendements sont déposés, la plupart ne sont pas soutenus et les quelques uns qui persistent sont assez mineurs (un rappel du texte précédent, des formulations et raccourcissement du délai de réflexion de 8 à 5 jours).

Le ministre (député à l'époque) Manuel Valls est nommé rapporteur, le texte est ensuite discuté par 3 fois le jeudi 19 novembre, puis le 24 novembre 2009, des discussions suivi d'un vote, le scrutin n° 0455.

Ce texte est rejeté, avec 202 pour et 326 contre.

 

Note de lecture : Abstention de Mme Michèle Delaunay!

Lecture relative - Retrouvez le vote de vos députés, sur le post précédent : Interpellez vos députés

 

Chapitre 2 - De la proposition... au projet !

On peut se dire, on prend les même et on recommence? Réponse de normand : Oui et Non !

Effectivement il s'agit bien des mêmes personnages, mais l'histoire nous apprend que la grenouille est devenue aussi grosse que le bœuf (heureusement sa fin n'est pas toujours aussi tragique que voulait nous le faire croire La Fontaine), les anciens députés sont aujourd'hui ministres. Ils ne déposent plus des propositions de loi mais des projets ! Mais surtout la tendance des 2 chambres parlementaires a changé et leur est favorable! Le gouvernement socialiste détient également la majorité à l'Assemblée Nationale et au Sénat (du jamais vu d'ailleurs !).

Mais alors pourquoi est-ce qu'une loi, pour laquelle 86 à 94% des Français sont favorables, 60% des médecins, les parlementaires également, les ministres aussi visiblement et annoncée par le Président sous la forme de sa proposition de campagne 21, prend autant de temps?

Et oui, ce n'est pas le livre dont vous êtes le Héros (Ayrault serait trop facile!), mais plutôt une fable politique, et dans ce genre littéraire mieux vaut garder les yeux ouverts!

 

Chapitre 3 - Rien ne sert de courir, il faut partir à point!

Facile à dire quand on peut encore courir et qu'on a le choix de prendre son temps !

Alors oui il faut un texte de loi réfléchi, pesé, cohérent... mais celui de 2009 ne l'était-il pas?

Faut-il laisser tant de poids au CCNE? Des questions, toujours des questions!

Le gouvernement est frileux (après les manifs pour tous et les veilleurs, peut-être!), l'hiver approchevalls, manuel, député, assistance, mourir, euthanasie, PS, socialiste, ayrault, groupe, parlement, assemblée, nationale, touraine, delaunay et ce serait regrettable de laisser la population descendre dans les rues sans une petite laine, alors on garde le sujet bien au chaud, en demandant au CCNE d'organiser des États-Généraux de la fin de vie! Prenons juste garde que le projet ne s'endorme pas au coin du feu et que le moment venu, quand enfin il aura éclos... nous soyons là pour rappeler au gouvernement ses promesses. Ses promesses pour nos libertés !

C'est aussi le sens du 2 novembre, la journée mondiale pour le Droit de Mourir dans la Dignité! Montrer que nos libertés ne servent pas un coup médiatique par çi par là, mais qu'elles doivent être défendues et protégées par des lois.

 

Chapitre 4 - La constance en politique...

... c'est aller au bout de ses opinions! De son projet de campagne ! Des textes déposés dans l'hémicycle! D'avoir le courage de mener une politique et de faire des choix! (Sans renvoyer la balle à des organismes consultatifs!)

Des morales il y en a beaucoup, mais ne nous laissons pas conter une fable politique sans conclusion!

Nous aussi nous avons le courage de nos opinions, et nous souhaitons qu'enfin cette loi voit le jour!

C'est pourquoi je vous invite à nouveau à rappeler aux parlementaires votre position, car ce sont eux qui voteront la loi, qu'elle soit à l'initiative du gouvernement ou des députés et sénateurs :

- Interpellez vos députés

- Interpellez vos sénateurs

 

Chapitre final en cours d'écriture...

L'histoire a commencé dans un lointain passé (2009), elle a traversé des hivers, dont un très rude, l'hiver 2013... la morale de cette histoire reste à écrire, souhaitons qu'en 2014 nous puissions clôturer le récit par "ils gagnèrent leur liberté, moururent sereins, laissant des enfants (ou des proches) tristes mais apaisés" !

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités, Informations, Vers une loi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |