Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2014

Appel aux candidats à la présidence de l'UDI, pour défendre le Droit de Mourir dans la Dignité

Appel aux candidats à la présidence de l'UDI,

pour défendre le Droit de Mourir dans la Dignité

 

Notre appel aux candidats à la Présidence de l'UDI

__________________________________________

92% des français sont favorables à une loi pour le droit de mourir dans la dignité, en tant que futur chef d’un grand parti français, serez-vous à leurs côtés pour demander une loi?

__________________________________________

 

 

Messieurs Fromantin, Jégo, Lagarde et Morin, candidats à la présidence de l’UDI,

Le dimanche 14 septembre, à Strasbourg.

 

En ce lieu hautement symbolique pour les citoyens européens, pour les droits de l’Homme et les valeurs humanistes, ainsi que pour votre parti pan-européen, l’UDI, nous en appelons à vous pour défendre notre ultime liberté.

 

Qui sommes nous?

Des humanistes, des citoyens engagés. Nous sommes convaincus, comme 92% des français que, nous avons le droit de décider des conditions de notre fin de vie et de notre mort.

 

Le contexte national

Le Président François Hollande et son gouvernement, ont failli à leur promesse de campagne (proposition 21), alors même qu’en 2009, à l’Assemblée Nationale, le groupe socialiste avait porté une proposition de loi (proposition 1960) pour le «droit de mourir dans la dignité».

Il a déçu les français, dont 92% sont favorables à l’euthanasie, et refusé le dialogue. Il n’a pas souhaité recevoir l’ADMD (l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, forte de 57 000 adhérents) et il a nommé Jean Léonetti à la tête d’une mission de réflexion sur la fin de vie.

Le député dont la loi de 2005 porte le nom, loi qui propose l’arrêt de l’alimentation, de l’hydratation et des traitements, comme seule alternative à des personnes en situation de souffrance.

 

Le contexte de l’UDI

Les membres de l’UDI vont élire leur chef de parti entre le 6 et le 14 octobre. Candidats à ce poste, nous vous demandons d’exprimer votre position sur la proposition et le vote d’une loi pour le droit de mourir dans la dignité.

Et nous souhaitons que vous vous engagiez ensuite à porter cette revendication légitime de liberté, d’égalité et de fraternité, en tant que grand parti de notre paysage politique français et européen.

 

Notre demande

Messieurs Fromantin, Jégo, Lagarde et Morin, serez-vous, comme l’a été la Sénatrice UDI Muguette Dini, un défenseur de notre liberté, un chef de parti engagé pour faire respecter le choix des français? Que ce soit dans l’opposition ou, le cas échéant, dans la majorité, défendrez-vous à nos côtés, l’accès aux soins palliatifs pour tous ceux qui en ont besoin et le droit de mourir dans la dignité?

 

 

Serez-vous de ceux qui permettront une nouvelle loi de liberté?

 

__________________________________________

 

Les signataires

  • Quitterie de VILLEPIN

  • Muguette DINI
    Sénatrice du Rhône, UDI

  • Samira Herizi
    Vice Présidente UDI de l'Oise

  • Christophe Michel
    Responsable des jeunes ADMD,
    Secrétaire Général de l'ADMD

  • Jean-Luc Romero
    Président de l'ADMD,
    Conseiller Régional d'Ile-de-France

  • Clémentine ANGLADE
    Jeune UDI

  • Rachel BARTHES
    militante UDI

  • Tiffany BRY
    jeune UDI

  • Alexandre CADU
    jeune UDI

  • Mathieu CASUCCIO
    jeune UDI

  • Isabelle CAZALS
    militante UDI

  • Sonia DJOUAMA
    militante UDI

  • Deny JEAN
    militant UDI

  • Julien MONTBROUSSOUS
    militant UDI

  • Brice PORTET
    militant UDI

  • Jean-Michel PRATICO
    militant UDI

  • Damien ROUQUETTE
    jeune UDI

  • Clara TOVAR
    jeune UDI

  • Nicolas TRUPIN
    jeune UDI

 

__________________________________________

À vous d'agir !

Comment soutenir cet appel?

 

__________________________________________

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités, Vers une loi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

22/06/2014

Kouchner : un avocat pour une nouvelle loi !

kouchner,bonnemaison,procès,léonetti,jean-luc romero,loi,droit de mourir dans la dignité,bernard kouchner,ministre de la santé,médecins sans frontières,mourir,euthanasie

Non Kouchner n'est pas avocat, mais l'ancien ministre de la santé est apparu au procès du Dr. Bonnemaison (procès jusqu'au 27 juin 2014) pour en dire qu'il "mérite des qualificatifs, mais sûrement pas celui d'assassin".

Photo : Palais de justice de Pau (Pyrénées-Atlantiques), vendredi matin. Bernard Kouchner est venu soutenir le Dr Bonnemaison. | AFP PHOTO / GAIZKA IROZ

L'ancien ministre, cofondateur de médecins sans frontières et de médecins du monde, a rappelé les difficultés rencontrées lorsqu'il a tenté de changer les lois!

Il a certes changé les lois pour faire passer les frontières à la médecine, mais aussi pour combattre la souffrance! En effet, en France, la première loi concernant la fin de vie est la loi de 1999 sur les soins palliatifs, autrement nommée "loi Kouchner".

 

Pour Bernard Kouchner, la loi Léonetti est la loi où l'"on meurt de faim et de soif. Je déteste cela." Il reconnait que la loi Léonetti fut une première étape, mais qu'elle doit être vite dépassée, et il prédit que ce changement est en cours...

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités, Vers une loi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

Léonetti encore, encore, encore... et toujours !

Jean Léonetti, Alain Claeys, fin de vie,Droit de mourir dans la dignité,dignité,mort,mourir,suicide assisté,suicide médicalement assisté,vincent lambert,vincent humbert,chantal sebire,jean-luc romero-manuel valls,ccne,comité d'éthique,bonnemaison,sicard,jury citoyen,nawak,conseil d'état,mission de réflexion,légiférer,euthanasie,kouchner,1960, groupe socialiste,

 

Manuel Valls (PS), premier ministre, a nommé Jean Léonetti (Député UMP) et Alain Claeys (Député PS) pour une énième mission de réflexion sur la fin de vie.

 

 

 

Pourquoi une nouvelle mission de réflexion sur la fin de vie?

J'ai envie de répondre, par manque de courage! Il se trouve que l'affaire Vincent Lambert, relance le débat sur la loi Léonetti (22 avril 2005) et sur l'euthanasie. La loi actuelle (loi Léonetti) a clairement montré ses limites et ses failles.

L'actualité brulante : le procès Bonnemaison et l'affaire Vincent Lambert

La France voit en ce moment se dérouler le procès du Dr. Bonnemaison, accusé d'avoir pratiqué des actes euthanasiques, sans le consentement de ses patients (mais sans qu'aucune plainte de famille n'ait été déposée) et l'affaire Vincent Lambert qui bouscule l'opinion publique.

Cette "affaire" qui émeut les français est celle d'un jeune homme coincé dans un coma, un état irréversible, sans possibilité d'évolution, dont la femme et le frère souhaitent faire appliquer la volonté : laisser partir. Un droit prévu par la loi Léonetti, cependant les termes de cette loi, et la famille (notamment la mère) ultra catholiques refusent de laisser partir le jeune homme, maintenu artificiellement en vie.

Jean Léonetti, Alain Claeys, fin de vie,Droit de mourir dans la dignité,dignité,mort,mourir,suicide assisté,suicide médicalement assisté,vincent lambert,vincent humbert,chantal sebire,jean-luc romero-manuel valls,ccne,comité d'éthique,bonnemaison,sicard,jury citoyen,nawak,conseil d'état,mission de réflexion,légiférer,euthanasie,kouchner,1960, groupe socialiste,

Illustration de Nawak

Une histoire qui se répète

C'est dans ce contexte que le gouvernement se sent obligé de lancer une énième mission de réflexion sur la fin de vie, comme leurs prédécesseurs :

- en 2005 la loi Léonetti faisait suite à "l'affaire Vincent Humbert"

- en 2008 l'examen de la loi Léonetti (par Jean Léonetti lui-même) faisait suite à "l'affaire Chantal Sebire"

pour en savoir plus.

 

Une mission de réflexion... ou comment gagner du temps!

1142024094.jpgUne mission de réflexion, c'est bien, me direz-vous! Cependant ce n'est pas la première mission de réflexion, celle-ci parait être un moyen de gagner du temps, encore et encore!

En effet, depuis la proposition 21 du candidat François Hollande, nous avons vu :

- en décembre 2012 le rapport de la mission de réflexion du Professeur Sicard (qui avait planché sur la question en 2000 en tant que Président du Comité Consultatif National d'Éthique)

- en 2013 un premier avis du CCNE,

- suivi d'une consultation d'un panel de citoyens (favorable au suicide assisté) ont les résultats ont été peu diffusés

- un second avis du CCNE en 2014

- et une nouvelle réflexion de cet organe consultatif

... et enfin une nouvelle mission de réflexion est nommée il y a quelque jour... avec Jean Léonetti et Alain Claeys !

 

Les députés Jean Léonetti et Alain Claeys !!!

Jean Léonetti,

en 2005 à l'initiative de la loi du même nom, est un cardiologue qui a été considéré comme une référence sur la question de la fin de vie! Une référence qui a fini par confisquer le débat et proclamer lui-même sa loi comme une loi de consensus!

La même personne qui a déclaré dans "Le Point" avoir débranché des patients en réanimation afin de libérer des lits !

La même personne qui a fait l'évaluation de sa propre loi.

La même personne qui a déposé une proposition de loi en 2013 pour demander que sa loi soit confortée et légérement renforcée, et ce malgré des drames comme celui de Vincent Lambert ! ! !

Pour noyer le débat, pas de meilleur choix !

 

Alain Claeys,

député PS, spécialiste des questions de bioéthique et d'éducation, a été signataire de la proposition 1960, de 2009. Cette proposition de loi pour le Droit de Mourir dans la Dignité a été initiée par le groupe PS de l'époque, mené par Jean-Marc Ayrault et dont le rapporteur était Manuel Valls!

Jusqu'ici cela n'a pas été annonciateur de courage et de volonté d'avancer sur la question de la fin de vie.

 

Qu'attendre d'une telle "mission"?

Autant être clair, pas grand chose!

- les personnes qui ont la charge de mener cette mission de réflexion ont déjà planché sur le sujet: Aux mêmes causes les mêmes effets!!!!

- le terme même mission de réflexion, même si elle aboutit à la conclusion qu'il faut légaliser l'euthanasie (le suicide médicalement assisté, etc), demanderait plusieurs mois pour recréer un projet de loi, puis plusieurs mois pour le voter!

 

Cette nouvelle mission de réflexion sonne presque comme un aveu de ne pas souhaiter légiférer sur le droit de mourir dans la dignité. Souhaitons que le Conseil d'État libère Vincent Lambert, et que l'Histoire nous donne tort... mais l'espoir ne suffit certainement pas... restons mobiliser pour demander le choix pour notre vie, notre corps, notre mort!

Il est également temps d'interpeller nos députés !

__________

Pour en savoir plus :

- Le point sur les lois encadrant la fin de vie

- Que dit le rapport du jury citoyen

- La proposition 1960 (proposition du groupe socialiste, 2009)

- Le conseil d'état va se réunir sur le cas Vincent Lambert

 

Écrit par Mélanie RAPHAËL-BÉTHUNE dans Actualités, Réflexions personnelles, Vers une loi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |